Nouvelles avancées vers un test sanguin pour dépister Alzheimer

Publié le

En juillet dernier s’est tenue la conférence mondiale sur la maladie d’Alzheimer (AAIC) réunissant les plus grands experts scientifiques et médicaux. Parmi les travaux présentés, un projet sur l’identification d’un nouveau biomarqueur sanguin associé à la survenue de la maladie d’Alzheimer a suscité l’intérêt des participants.

© Belova59, Pixabay

/ Un projet pour améliorer la prise en charge des patients Alzheimer

Les recherches sur l’identification d’outils de diagnostic précoce de la maladie d’Alzheimer ont rapidement progressé ces dernières années, permettant une prise en charge des patients de plus en plus rapides et efficaces. Toutefois, il existe encore des limitations majeures dans l’utilisation de ces outils, puisqu’ils sont souvent complexes, invasifs et coûteux. Parmi les outils déjà utilisés de nos jours, on peut lister les biomarqueurs cognitifs grâce aux tests cliniques, les biomarqueurs fonctionnels grâce à l’utilisation de l’imagerie cérébrale, et les biomarqueurs biologiques grâce à la détection de molécules anormales dans le plasma et le liquide céphalorachidien.

/ P-tau217 : un nouveau biomarqueur sanguin identifié

Une étude internationale récente a développé un test sanguin pour détecter une protéine pathologique anormalement accumulée dans la maladie d’Alzheimer. Cette protéine, appelée protéine Tau , subit une transformation morphologique et fonctionnelle au cours de la maladie qui la rend particulièrement toxique pour les cellules nerveuses. Une de ces transformations induit la production d’une forme particulière de la protéine Tau, P-tau217, déjà utilisée comme biomarqueur dans le liquide céphalorachidien. L’équipe internationale a donc décidé de vérifier l’intérêt de ce biomarqueur dans le plasma sanguin. Pour réaliser ces travaux, 3 cohortes ont été évaluées, incluant des sujets sains et des patients souffrant de la maladie d’Alzheimer et d’autres troubles neurologiques. Les résultats de l’étude ont démontré la puissance discriminante du biomarqueur P-tau217 dans l’identification des patients présentant la maladie d’Alzheimer. Cette efficacité a par ailleurs été obtenue très précocement dans le développement de la maladie, soit 20 ans avant l’émergence de troubles de la mémoire chez les patients atteints de formes génétiques héréditaires de la maladie.

/ Des résultats prometteurs pour améliorer le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ?

Les travaux démontrent que le biomarqueur plasmatique P-tau217 est plus efficace que les autres que les biomarqueurs fonctionnels d’imagerie cérébral. Ces avancées majeures ont été discutées lors du congrès mondial sur la maladie d’Alzheimer, au cours duquel les chercheurs ont indiqué que ce type de test pourrait :

  1. Être disponible dans 2-3 ans,
  2. Permettre un diagnostic simple et rapide de la maladie,
  3. Relancer de nouvelles pistes thérapeutiques. 

Source : JAMA, Discriminative Accuracy of Plasma Phospho-tau217 for Alzheimer Disease vs Other Neurodegenerative Disorders, August 25, 2020

Télécharger
Partager sur :

/ Vous aimerez aussi

Newsletter

Je souhaite recevoir toutes les dernières actualités

JE M’INSCRIS
Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK