/ Notre cerveau est capable de lutter contre l’apparition des premiers signes de la maladie d’Alzheimer

Notre cerveau est composé à l’adolescence d’un capital d’environ 100 milliards de cellules : les neurones, qui va avoir tendance à décroître progressivement avec l’âge. Chacun de ces neurones est capable d’établir des connections avec 10 000 autres neurones assurant ainsi un maintien et un développement de notre cerveau tout au long de notre vie malgré l’absence de multiplication des neurones. Cela traduit la plasticité de notre cerveau, sa capacité à s’adapter en permanence aux situations auxquelles nous sommes confrontés tout au long de notre vie. C’est ce que l’on appelle la réserve cognitive. 

Il s’agit d’un véritable capital cerveau que nous pouvons entretenir et faire fructifier dans la durée. C’est lui qui va nous aider à affronter et à compenser les pertes neuronales qui apparaissent avec le temps et à retarder ainsi l’apparition des premiers signes de la maladie d’Alzheimer.

/ Entretenir son capital cerveau pour retarder l’apparition des premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer

Pour entretenir notre capital-cerveau il faut faire travailler notre cerveau le plus souvent possible. C’est un organe qui ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. Il faut le protéger des agressions extérieures, des chocs et des traumatismes, mais aussi des substances toxiques pour nos neurones qui peuvent circuler dans notre corps. Il faut également prendre soin de l’organisme qui le porte, notamment au travers de notre alimentation et de nos habitudes de vie. Enfin, il faut entretenir et cultiver en permanence nos relations avec les autres et notre humeur, pour le stimuler efficacement.

Retrouvez ci-dessous nos conseils pour entretenir votre capital cerveau :

Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK