Mathieu Bourdenx, lauréat des AJC 2020

Publié le

Porteur de projet : Mathieu Bourdenx
Laboratoire : Institut des Maladies Neurodégénératives, UMR5293
Université de Bordeaux

Parmi les mécanismes pathologiques observés dans la maladie d’Alzheimer, il existe une accumulation anormale de 2 protéines, la protéine amyloïde et la protéine Tau. Ces modifications entrainent des dysfonctionnements cellulaires majeurs, responsables de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées. Le projet du docteur Bourdenx soutenu par la Fondation Alzheimer a pour objectif de mieux comprendre les phénomènes d’accumulation de la protéine Tau, en étudiant certains compartiments clés de la cellule, les organites autophagiques. Le rôle des organites autophagiques est crucial pour la protection et donc la survie de la cellule puisqu’ils servent à l’élimination et au recyclage des éléments cellulaires non fonctionnels.

/ Les formes de la protéine Tau associées aux organites autophagiques

La protéine Tau est anormalement accumulée dans le cerveau de patients touchés par la maladie d’Alzheimer et par les tauopathies. Les recherches ont démontré l’existence nombreuses formes de protéines Tau en fonction de leur morphologie, les formes agrégées de la protéine Tau étant particulièrement toxiques pour les cellules nerveuses. Afin de connaitre le rôle et les effets de ces formes pathologiques de la protéine Tau, des équipes se sont interrogées sur les associations entre ces dernières et des compartiments cellulaires importants pour la protection et la survie des neurones. Un compartiment retient tout particulièrement l’attention des chercheurs : ce sont les organites autophagiques. En effet, il a été observé que le fonctionnement de ces organites était affecté dans la maladie d’Alzheimer, à l’origine d’une mauvaise dégradation et d’un mauvais recyclage des éléments cellulaires endommagés.

Le projet développé par le docteur Bourdenx vise à élucider le rôle des organites autophagiques dans la formation des formes agrégées et toxiques de la protéine Tau. Pour répondre à cette question, l’équipe va

  1. Isoler et caractériser les formes de la protéine Tau présentes dans les organites autophagiques grâce des techniques de pointe en biochimie,
  2. Identifier les propriétés pathologiques de ces formes de la protéine Tau,
  3. Etudier les causes environnementales de ces modifications de conformation au sein des organites,
  4. Analyser les effets de l’administration intracérébrale des formes agrégées  de la protéine Tau sur le développement des symptômes de la maladie dans des modèles précliniques.

Ce projet très ambitieux et qui requiert une expertise solide en biologie cellulaire va permettre d’apporter de nouvelles connaissances fondamentales sur le fonctionnement de la cellule en condition pathologique. Grâce à ces travaux, de nouvelles cibles diagnostiques et thérapeutiques pourront être identifiées.

Télécharger
Partager sur :

/ Vous aimerez aussi

Newsletter

Je souhaite recevoir toutes les dernières actualités

JE M’INSCRIS
Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK