Utiliser le viagra contre Alzheimer ?

Publié le

La recherche de molécules thérapeutiques efficaces dans la maladie d’Alzheimer se poursuit malgré le nombre important d’échecs essuyés au cours des dix dernières années. Certains chercheurs, à partir de données de la littérature, de bases de données en population et d’études de suivi évaluent si certains médicaments utilisés dans d’autres maladies ne pourraient pas avoir un impact sur la maladie d’Alzheimer.

/ De l’importance du repositionnement des médicaments

Afin de maximiser les opportunités thérapeutiques pour les maladies ne bénéficiant pas de traitements préventifs et/ou curatifs, deux grandes stratégies de développement de nouveaux médicaments existent. La première stratégie consiste à tester de nouvelles molécules naturelles ou de synthèses disponibles grâce à des librairies aléatoires de molécules chimiques. Cette approche nécessite d’avoir un modèle expérimental de la maladie, modèles difficiles à mettre au point dans une maladie aussi complexe que la maladie d’Alzheimer. La seconde stratégie, dite de repositionnement de médicaments existants, c’est-à-dire de médicaments déjà autorisés pour une pathologie définie, est activement explorée pour le traitement de la maladie d’Alzheimer.

/ Pourquoi tester le viagra dans la maladie d’Alzheimer?

Dans la maladie d’Alzheimer, plusieurs atteintes cellulaires et moléculaires sont responsables de la mort neuronale et de la progression des troubles intellectuels. Parmi ces atteintes moléculaires, il existe une réduction importante de la guanosine monosphate cyclique (GMPc), une molécule jouant un rôle fondamental dans la physiologie du cerveau. La réduction de la GMPc s’explique en partie par l’action anormale d’une enzyme, nommée phosphodiestérase 5, qui tend à l’éliminer.

Or le viagra, sildénafil de son nom scientifique, agit en inhibant la phosphodiestérase 5, ce qui empêche l’élimination de la GMPc et permet ainsi de lutter contre les troubles de l’érection. Cela confère donc au sildénafil un potentiel thérapeutique prometteur pour traiter la baisse de GMPc observée dans le cerveau des patients Alzheimer.

/ Réduction des risques d’Alzheimer grâce au sildénafil

Grâce aux données de larges cohortes d’individus suivis médicalement (7.3 millions), des auteurs américains ont observé que la prise de sildénafil réduisait le risque de développer une maladie d’Alzheimer de 69%, cela quel que soit l’âge des individus traités.

Des travaux réalisés dans des modèles cellulaires issus de patients Alzheimer ont permis de montrer que l’administration de sildénafil réduit considérablement l’accumulation de la protéine tau, qui s’accumule massivement dans le cerveau des patients, ainsi que sur la morphologie des cellules en lien avec les connexions neuronales.

Ces travaux ne sont pour le moment qu’une hypothèse de travail. Avant de pouvoir traiter la maladie d’Alzheimer au Viagra, il faudra d’abord effectuer des essais cliniques randomisés chez les malades, comme pour toute nouvelle indication d’un médicament. Mais tous les espoirs sont permis !

Télécharger
Partager sur :

/ Vous aimerez aussi

Newsletter

Je souhaite recevoir toutes les dernières actualités

JE M’INSCRIS
Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK