Quelles relations entre l’épilepsie et le déclin cognitif ?

Nom du projet : Projet EREMADr.
Chercheur lauréat : DAHAN Lionel
Laboratoire du chercheur :
Centre de Recherches sur la Cognition Animale / UMR 5169 / team REMEMBeR 118 route de Narbonne – bat 4R3 / b2 225 31062 Toulouse Cedex 09

Activité épileptique pendant le sommeil paradoxal dans la maladie d’Alzheimer.

Nous avons montré que des souris modèles de la maladie d’Alzheimer présentent très précocement de l’épilepsie, détectable uniquement pendant le sommeil et plus particulièrement lors du sommeil paradoxal. Ceci est surprenant car cette phase profonde du sommeil empêche habituellement l’épilepsie. Des cas d’épilepsie ont déjà été rapportés chez des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, mais leur incidence est très variable selon les études, probablement parce qu’elles n’ont pas tenu compte du sommeil. L’épilepsie en sommeil paradoxal pourrait ainsi constituer un biomarqueur spécifique et précoce de la maladie d’Alzheimer. De plus, nous supposons que la perturbation du sommeil par l’épilepsie pourrait participer aux dysfonctionnements cognitifs. Nous évaluerons l’incidence de l’épilepsie pendant le sommeil à l’aide d’un électroencéphalogramme de nuit chez 40 patients atteints de formes précoces ou modérées de la maladie et 40 sujets sains.

Nous évaluerons également les capacités mnésiques des participants afin d’étudier la relation entre épilepsie et déclin cognitif. Si l’épilepsie en sommeil paradoxal est très fréquente, nous identifierons un nouveau biomarqueur précoce. Si elle ne concerne que quelques patients, nous identifierons un nouveau variant de la maladie. Dans les deux cas, cela permettra d’améliorer la prise en charge des patients.

Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK