Alzheimer : corréler les images du cerveau avec l’évolution des symptômes

Publié le

La maladie d’Alzheimer est une pathologie complexe dont les symptômes correspondent à l’accumulation des protéines amyloïdes et tau dans des régions définies du cerveau. Cette progression anatomique décrite par Braak dès 1991 est aujourd’hui reconsidérée par les chercheurs, grâce à de nouveaux travaux sur la propagation de la protéine tau avec le temps dans le cerveau.

/ 2006, un itinéraire de la maladie d’Alzheimer selon Braak

Grâce à l’étude du tissu cérébral des patients décédés de la maladie d’Alzheimer, Braak et ses collègues ont décrit la progression de la maladie d’Alzheimer selon un itinéraire précis et en lien avec les symptômes classiquement rapportés. Concernant la protéine tau notamment, la propagation s’effectuerait en 6 stades, allant du cortex entorhinal impliqué dans la mémoire et l’olfaction, aux lobes temporaux, aux régions associatives du néocortex utile pour le traitement des informations, au cortex sensoriel et moteur. Les nouvelles techniques d’imagerie fonctionnelle, comme la tomodensitométrie par émission de positions (TEP) permettent aujourd’hui de voir du vivant du patient la localisation cérébrale de la protéine Tau en utilisant des marqueurs radioactifs spécifiques. Cela a permis de confirmer, dans la plupart des cas étudiés, les descriptions faites par Braak. Toutefois, elle ne permet pas d’expliquer les variations cliniques qui existent.

/ 2021, quatre itinéraires de la maladie d’Alzheimer selon Vogel

Récemment, des équipes internationales ont pu bénéficier de la puissance des données d’examens de TEP pour la détection de la protéine tau dans le cerveau, recueillies chez 2 324 patients atteints de pathologie allant des formes les plus précoces aux formes les plus sévères de maladie d’Alzheimer. Les chercheurs ont choisi d’utiliser des algorithmes pour analyser l’itinéraire suivi par la protéine tau au cours du temps, en tenant compte de la progression de la pathologie et de la sévérité. Les chercheurs ont ainsi pu identifier 4 itinéraires privilégiés, dépendants de l’âge et des facteurs de risque génétique :

  1. L’itinéraire limbique (le plus fréquent avec 1/3 des cas) qui est associé aux patients APOE4, à l’amnésie et à une apparition tardive des symptômes,
  2. L’itinéraire temporal médian correspondant à des atteintes cognitives sévères qui apparaissent précocement,
  3. L’itinéraire temporal latéral avec une progression rapide et asymétrique dans le cerveau entrainant des symptômes multiples,
  4. L’itinéraire postérieur dont la progression est lente, l’apparition des symptômes tardive et les symptômes principalement visuospatiaux.

/ Quelles sont les perspectives suite à de telles découvertes ?

La découverte de ces 4 itinéraires de progression de la maladie d’Alzheimer est fondamentale dans notre compréhension des cas rencontrés. En effet, cela indique qu’il existe des formes diverses de maladie d’Alzheimer selon la distribution de la protéine tau, et qui entrainent des variations dans la vitesse de progression, les profils cliniques, et l’âge de début des symptômes. Il est donc désormais nécessaire d’étudier l’origine de ces différences et d’adapter la prise en charge des patients en fonction de ces itinéraires.

Source : Nature Medicine 2021

Télécharger
Partager sur :

/ Vous aimerez aussi

Newsletter

Je souhaite recevoir toutes les dernières actualités

JE M’INSCRIS
Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK