Impact des œstrogènes sur le développement de la maladie d’Alzheimer

Porteur de projet : Chantal Mathis
Laboratoire : UMR7364 CNRS – Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Adaptatives – LNCA (Jean Christophe Cassel)
Campus central – Quartier ce L’esplanade – Université – CNRS – Strasbourg

Des travaux récents suggèrent que les femmes sont plus fréquemment atteintes de troubles cognitifs que les hommes dans la maladie d’Alzheimer. Cette différence entre hommes et femmes pourrait s’expliquer par une baisse de la connectivité entre 2 structures importantes du cerveau : le cortex préfrontal, qui contrôle nos comportements et l’hippocampe, qui gouverne notre mémoire.

Grâce à l’utilisation d’animaux transgéniques, les chercheurs évaluent les caractéristiques comportementales et neuro-fonctionnelles des mâles et des femelles au cours du temps. Les résultats démontrent que les femelles présentent bien des perturbations de la mémoire plus précocement que les mâles. Afin de mieux comprendre ce phénomène, les études sont complétées par des analyses concernant l’action des oestrogènes et du cycle veille-sommeil pour expliquer les différences rencontrées. Ce projet propose donc une nouvelle orientation thérapeutique pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, en insistant sur l’importance de traitement spécifique à l’homme et à la femme.

Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK