Alzheimer-Articles-Troubles comportementaux
fr en
Découvrez le programme du Congrès National sur les Unités de Soins, d’Evaluation et de Prise en Charge Alzheimer, qui se tiendra à Paris les 13 et 14 Décembre 2017        1st announcement : Proteinopathies and Neurodegenerative disorders (NDD) Symposium, 18-19 décembre 2017, Paris        Découvrez la vidéo de présentation du DIU MA2        AAP lancé par les Centres d’Excellence en Maladies Neurodégénératives (CoEN) sur les approches innovantes, date limite : 18 septembre 2017        Maladie d’Alzheimer et démences apparentées : un numéro spécial du BEH        
Suivez-nous
alzheimer:facebook
alzheimer:twitter
Article rédigé le : 

Les troubles comportementaux dans la maladie d'Alzheimer

 

Pr Olivier Hanon – Hôpital Broca Paris, service de gériatrie, CMRR Paris-Sud

 

La maladie d’Alzheimer représente une pathologie dramatique dans ce qu’elle véhicule de souffrance tant pour le patient, qui perd peu à peu son identité, que pour l’entourage qui va se trouver confronté à l’anéantissement de ce qu’il croyait immuable à savoir la raison de l’autre et à l’irrémédiable perte d’autonomie dans les actes de la vie quotidienne et dans le jugement.

Parallèlement aux troubles cognitifs d’aggravation progressive, des symptômes psychologiques et comportementaux peuvent compliquer la maladie. Il peut s’agir de dépression, d’anxiété, d’agressivité, d’agitation, de cris, de déambulations, d’hallucinations, de délires, de désinhibition verbale ou comportementale, de troubles du sommeil, de troubles alimentaires ou à l’inverse d’une importante apathie. Ces troubles sont liés à l’évolution de la maladie d’Alzheimer mais peuvent aussi apparaitre à l’occasion de modifications de traitements ou des problèmes médicaux associés (infections, douleurs, rétention urinaire, insuffisance cardiaque décompensée…). Ils peuvent également être modulés par des facteurs psychologiques préexistants à la maladie ou par des facteurs environnementaux (stress psychologique, nuisances sonores, mauvais éclairage…).

Quelle qu’en soit l’origine, les troubles du comportement sont des signes d’alerte dans l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Leur reconnaissance et leur compréhension représentent un moment clé de la prise en charge. Ils peuvent provoquer une diminution de la qualité de vie du patient et de son aidant.

La prise en charge de ces symptômes fait souvent appel à des prescriptions de médicaments psychotropes et/ou éventuellement à des thérapies non médicamenteuses (musicothérapie, art-thérapie, réminiscence, psychothérapie, luminothérapie…). Le recours aux médicaments psychotropes dans cette population particulièrement fragile peut être source d’évènements indésirables (baisse de la vigilance, chutes…). De ce fait, le bon usage des traitements psychotropes a fait l’objet de recommandations dans le cadre du Plan Alzheimer (mesure 15) et par la Haute Autorité de Santé. (Réf. Haute Autorité de Santé. Maladie d’Alzheimer et maladies apparentées : prise en charge des troubles du comportement perturbateurs. Recommandations de bonnes pratiques. Mai 2009).

Le Plan Alzheimer 2008-2012 (mesures 16 et 17), a permis la création au sein des structures gériatriques de petites unités (10 à 14 lits) spécifiques :

  • en Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) appelées Unités Cognitivo-Comportementales (UCC), et
  • en Unités de soins de Longue Durée hospitalières (USLD) et en Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) appelées Unités d’Hébergement Renforcées (UHR).

L’objectif de ces unités est de réduire les troubles du comportement perturbants et les plus sévères grâce à :

  • un environnement sécurisé et rassurant,
  • une meilleure expertise du personnel formé au repérage, au diagnostic et à la prise en soins des troubles du comportement,
  • un programme individualisé de réhabilitation cognitivo-comportementale faisant une large place à des thérapies non médicamenteuses (psychothérapie, musicothérapie, relaxation…) associées au bon usage des traitements psychotropes.

La prise en soins des patients au sein de ces unités fait appel à une équipe multidisciplinaire (médecins, personnels paramédicaux, rééducateurs, assistants sociaux) en intégrant outre le volet médical, le projet de vie et social et des considérations éthiques. Des programmes d’éducation et/ou d’aide psychologique pour les aidants familiaux des patients font également parties du projet de soin de ces unités. Les patients confiés aux UCC, y viennent essentiellement de leur domicile, des EHPAD ou parfois de services hospitaliers (SSR). L’orientation de patients en UCC est faite par un médecin en accord avec la famille. La durée du séjour est généralement limi­tée de 30 à 40 jours. Les modalités de fin de prise en charge dans cette uni­té spécifique sont définies lors de l’élaboration de chaque projet thérapeu­tique à l’entrée.

Les UHR s’adressent prioritairement à des personnes en EHPAD, en USLD ou parfois hospitalisées (en UCC ou SSR). La durée du séjour n’est pas limitée dans le temps mais il existe des critères de sortie de cette unité liés à la réduction des symp­tômes psycho-com­portementaux pendant une durée significative. Pour en bénéficier, le médecin de la structure où réside la personne âgée ou son médecin traitant doivent faire la demande d’admission, en accord avec la famille.

Parallèlement, le Plan Alzheimer a permis aussi le déploiement au sein des EHPAD d’un espace appelé PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés) dans lequel sont organisés uniquement durant la journée des activités sociales et thérapeu­tiques dans le but d’une réhabilitation cognitive, une stimulation ou une prévention du désap­prentissage des gestes de la vie quotidienne pour les résidents atteints de maladie d’Alzheimer ou de syndromes apparentés ayant des troubles du comportement modé­rés. Le PASA accueille environs 12 à 14 résidents par jour. Chaque résident accueilli peut bénéficier d’une prise en charge, un ou plusieurs jours par semaine. Les familles et les proches participent au projet de vie et de soins du malade. C’est le médecin de l’EHPAD, en collaboration avec son équipe soignante, avec accord de la famille, qui propose la prise en charge dans ce pôle en journée.

Pour trouver les dispositifs sur le territoire

France Alzheimer - http://www.francealzheimer.org/

Fondation Médéric Alzheimer - Annuaire des dispositifs d'accompagnement et de prsie en charge des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et dispositfs d'aide aux aidanats familiaux  http://www.annuaire-med-alz.org/

Réseaux gérontologiques

http://www.sfgg.fr/wp-content/uploads/2010/12/Annuaire_national_reseaux_PA_mai_2011.pdf

http://www.reseaux-gerontologiques.fr

CLIC - http://clic-info.personnes-agees.gouv.fr/clic/donneesDpt/construireRechercher.do

 

 


ensemble,
faisons avancer la Recherche
Je souhaite participer