Les formes « héréditaires » de maladie d’Alzheimer, transmises de génération en génération, existent mais sont extrêmement rares. Elles ne concernent que quelques centaines de malades d’Alzheimer en France et se révèlent à un âge très précoce, entre 30 et 50 ans.

Dans ces formes héréditaires, c’est la mutation d’un gène en particulier qui cause de manière systématique la maladie chez la personne porteuse de cette modification du génome. La vaste majorité des malades d’Alzheimer sont atteints de formes « sporadiques », c’est-à-dire qu’il n’existe pas de début précoce ni de transmission familiale de la maladie de génération en génération.

Pour autant, la génétique intervient aussi dans ces formes sporadiques, mais de manière non systématique. Elle crée un terrain favorable ou défavorable associé au développement de la maladie. En effet, parmi les gènes que nous transmettent nos parents, c’est la combinaison de quelques dizaines ou centaines de gènes différents qui nous expose à, ou nous protège de la plupart des maladies, dont la maladie d’Alzheimer fait partie.

/ En savoir plus

Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK