Le médecin de famille est-il apte à faire le diagnostic ?

Le médecin de famille doit être le premier alerté dès l’apparition des premiers troubles.

S’il connaît bien son patient, il sera à même de détecter un changement insidieux et progressif dans les facultés ou le comportement de son patient.

C’est lui qui doit être consulté en premier afin de réaliser les premières investigations simples. Des pathologies fréquentes du sujet âgé peuvent mimer un déclin cognitif, c’est-à-dire une altération des fonctions de la mémoire, du langage, du raisonnement et de l’organisation, et doivent être recherchées : maladies de la thyroïde, carences nutritionnelles, troubles de l’humeur ou du sommeil… Après élimination de ces causes générales, facilement traitables, le diagnostic de la maladie d’Alzheimer relève de consultations spécialisées en milieu neurologique ou gériatrique.

Dans l’attente du bilan spécialisé, le médecin généraliste peut proposer quelques examens simples ou prescrire quelques examens d’imagerie cérébrale.

Ce site web utilise des cookies permettant assurant des mesures d'audience, ainsi que le partage ou la redirection vers les réseaux sociaux. (En savoir plus)
OK