Alzheimer-L'International-IGAP
fr en
La conférence nocturne "La diversité des altérations de la mémoire" aura lieu le mardi 25 avril à Lille        Le meeting « EuroTau » aura lieu les 27 et 28 avril 2017 à Lille        Inscrivez-vous sur le MOOC La Maladie d'Alzheimer : tout ce que vous avez toujours voulu savoir.         Maladie d’Alzheimer et démences apparentées : un numéro spécial du BEH        
Suivez-nous
alzheimer:facebook
alzheimer:twitter

International Genomics of Alzheimer's Project

Une des mesures du Plan 2008-2012 visait à soutenir la réalisation de génotypages à haut débit de cas atteints de maladie d’Alzheimer et de témoins afin de mettre en évidence de nouveaux facteurs de susceptibilité génétique, sans hypothèse a priori, ouvrant la voie à de nouveaux champs de recherche et à de nouvelles pistes thérapeutiques.

La compétition scientifique internationale dans ce domaine est intense et seuls quelques pays dont la France sont susceptibles de réaliser de tels programmes qui nécessitent :

  • de larges échantillons de cas et de témoins (plusieurs milliers)
  • des plates-formes de génotypage à haut débit automatisées pour analyser plusieurs millions de mutations simultanément chez plusieurs dizaines de milliers d’individus
  • des équipes susceptibles d’analyser ces gigantesques volumes d’information.

Un programme d’analyse génomique sur plus de 20 000 sujets a été lancé en France à partir des échantillons de 5 équipes française et d’une collaboration avec 20 équipes européennes de Belgique, Espagne, Italie et Finlande (European Alzheimer Disease Initiative, coordonnée par la France). Les analyses génomiques ont été réalisées par le Centre National de Génotypage. Ces travaux ont permis d’identifier deux nouveaux gènes de prédisposition de la maladie d’Alzheimer : le gène de la clusterine (CLU), connue aussi sous le nom d’apolipoprotéine J, localisé sur le chromosome 8 et le gène du récepteur 1 du composant 3b/4b du complément (CR1), situé sur le chromosome 1.

Lambert JC, et al. Genome-wide association study identifies variants at CLU and CR1 associated with Alzheimer's disease. Nat Genet. 2009 Oct;41(10):1094-9

Le rôle de ces deux nouveaux gènes dans l’apparition de la maladie d’Alzheimer n’est pas encore connu, mais des études antérieures suggèrent qu’ils pourraient intervenir dans l’élimination du constituant majeur des plaques amyloïdes, le peptide β amyloïde.

En 2010 en collaboration avec un consortium américain et un consortium anglais, deux nouveaux gènes ont été publiés dans le JAMA. Seshadri S, et al. Genome-wide analysis of genetic loci associated with Alzheimer disease.JAMA. 2010 May 12; 303(18):1832-40

 

Dans les suites de ces 2 études, en février 2010, les responsables des quatre plus grands consortiums de recherche internationaux sur la génétique de la maladie d’Alzheimer ont décidé d’unir leurs forces pour accélérer la découverte de nouveaux gènes. Ils ont créé le programme IGAP (International Genomics Alzheimer Project) soutenu par la Fondation Plan Alzheimer et Alzheimer's Association US.

En moins de 3 ans, au sein du programme IGAP, les chercheurs ont réussi à identifier plus de gènes qu’au cours des 20 dernières années.

Ils ont construit leur étude en deux étapes. La première a consisté à réanalyser selon des critères communs l’ensemble de leurs données déjà disponibles soit au total plus de 17 000 cas de maladie d’Alzheimer collectés en Europe et en Amérique du Nord comparés à quelque 37 000 témoins non malades. Grâce aux avancées du séquençage du génome humain (projet 1000 Génomes), ils ont pu comparer la répartition de plus de 7 millions  de mutations entre ces cas et ces témoins pour n’en retenir dans cette première étape que 11 632. Dans une seconde étape, les chercheurs ont vérifié ces résultats dans des échantillons indépendants provenant de 11 pays différents et totalisant 8 572 patients et 11 312 témoins. Cela a permis de confirmer la découverte de 11 nouveaux gènes en plus de ceux déjà connus et d’en repérer 13 autres en cours de validation.

Ces 11 nouveaux gènes confirmés permettent d’ouvrir de nouvelles pistes dans la compréhension de la survenue de maladie d’Alzheimer. Cette découverte entraîne pour les chercheurs trois conséquences principales. Tout d’abord cette observation permet de mieux comprendre la physiopathologie de la maladie d’Alzheimer, une étape essentielle pour la découverte de nouveaux traitements. Par ailleurs, cette analyse du génome a permis de mieux cerner le profil génétique des patients qui présentent un risque de développer une maladie d’Alzheimer. Enfin, ce travail démontre que face à la complexité d’une telle maladie, seul un regroupement des efforts de recherche au niveau mondial permettra de trouver plus rapidement des solutions à ce fléau du XXIe siècle.

Lambert et al. Meta-analysis of 74,046 individuals identifies 11 new susceptibility loci for Alzheimer's disease. Nat Genet. 2013 Dec;45(12):1452-8.

 Pour en savoir plus...


ensemble,
faisons avancer la Recherche
Je souhaite participer