Alzheimer-La recherche en France-Plateformes dédiées
fr en
Conférence nocturne : La mémoire du 13 novembre 2015, 9 mars 2017 à Lille        AAP lancé par le JPND sur le « Pathway Analysis across Neurodegenerative Diseases », date limite : 6 mars 2017        Inscrivez-vous sur le MOOC La Maladie d'Alzheimer : tout ce que vous avez toujours voulu savoir.         Maladie d’Alzheimer et démences apparentées : un numéro spécial du BEH        
Suivez-nous
alzheimer:facebook
alzheimer:twitter

A lire ci-dessous

Le centre d'acquisition et de traitement d'images

La cohorte nationale Memento

Une cohorte en population : Etude des 3 Cités

Neuro-Ceb

La Banque Nationale Alzheimer

 


Le Centre d’acquisition et de traitement d'images (CATI)

Logo Cati

Le Centre d’Acquisition et de Traitement d’Images pour la maladie d’Alzheimer (CATI) est né d’un groupe de laboratoires franciliens aux expertises complémentaires : Neurospin, le centre d’imagerie IRM en champ intense du CEA, et plusieurs équipes de recherche spécialisées dans la neuroimagerie et les démences, localisées au sein de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière (Paris).

Après des années de collaborations, ce consortium a reçu une subvention de 9 millions d’euros du Plan Alzheimer 2008-2012 pour créer une plateforme de service permettant de multiplier les études multicentriques aujourd’hui indispensables à la recherche clinique. Cette plateforme s’appuie sur l’ensemble des expertises disponibles sur le territoire français en ce qui concerne l’optimisation des acquisitions et l’analyse des images.

L’essence du CATI réside dans la mise en réseau d’une cinquantaine d’imageurs IRM et TEP répartis sur le territoire. Il faut considérer ce réseau comme un grand instrument dédié à l’imagerie des cohortes. Ce réseau d’imageurs fait écho au réseau français des centres mémoires de ressources et de recherche spécialisés dans les démences. Ainsi, le CATI gère en premier lieu le versant imagerie de la cohorte Memento, dont l’objectif est de suivre plus de 2300 sujets recrutés dans ces centres. Le grand instrument est étendu régulièrement sur les plans français et européen en fonction des besoins des études.

Les services proposés par le CATI couvrent l’ensemble de la chaîne d’une étude de neuroimagerie multicentrique. Ils concernent plus particulièrement la standardisation des acquisitions IRM, TEP et TESP, le transfert sécurisé des données vers une base de données centralisée, le contrôle qualité des données, leur analyse à partir d’un portefeuille d’outils couvrant l’ensemble des modalités d’imagerie, et la fouille de données visant à faire émerger des biomarqueurs.

La cible initiale du CATI était les démences, mais la plateforme s’est depuis étendue à des projets de recherche ou des essais thérapeutiques portant sur l’ensemble du spectre des pathologies cérébrales.

Brain matrix

Elle est aujourd’hui en charge d’une trentaine d’études multicentriques françaises et européennes et a, à ce titre, analysé des données issues de plus de 10 000 sujets. Elle suscite des collaborations à travers ces projets visant à faire émerger une base de données nationale harmonisée à travers les pathologies. Une telle base serait un terreau idéal pour les recherches de type « big data » visant à améliorer le diagnostic différentiel des pathologies cérébrales. Le CATI collabore avec les sociétés françaises de radiologie, de neuroradiologie et de médecine nucléaire pour accélérer le transfert des outils issus de ces recherches communautaires vers la routine clinique.

Pour en savoir plus …


La cohorte nationale Memento

Pour bien traiter une maladie, il faut bien en connaître l’histoire naturelle. Avec un début qui s’étale sur plusieurs années voire plusieurs dizaines d’années avant l’apparition des premiers symptômes, la connaissance de l’histoire naturelle de la maladie d’Alzheimer est donc un enjeu essentiel pour la recherche. C’est dans ce contexte qu’est né le projet Memento.

 Logo Memento

Un groupe de chercheurs méthodologistes de haut niveau spécialisés dans l’étude de la maladie d’Alzheimer, le Groupe Méthodologies Alzheimer est chargé de la mise en place et le suivi de la cohorte Memento. Ouverte à l’ensemble de la communauté scientifique académique et privée, cette cohorte constitue d’ores et déjà une plate-forme épidémiologique unique en Europe et dans le monde, pour l’étude de la maladie d’Alzheimer.

Objectif

Son objectif est de suivre plus de 2 300 individus recrutés à un stade précoce, dans des centres régionaux experts en clinique et en recherche sur les troubles cognitifs (CM2R). Ces patients seront suivis plusieurs années, et des données cliniques, biologiques, psychologiques, sociologiques et d’imagerie cérébrale seront recueillies. IL s'agit plus particulièrement

  • Etudier l'évolution de signes très précoces (plaintes de mémoire, déficits cognitifs légers) pouvant évoquer la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées
  • Etudier les déterminants des évolutions vers :
    • Le stade de clinique de la maladie d’Alzheimer
    • L’institutionnalisation, le décès, la perte d’autonomie, la vitesse du déclin des fonctions intellectuelles, la qualité de vie.

Protocole

Memento est une étude prospective de 2 300 individus non malades au moment de l’inclusion. Les participants sont recrutés et suivis tous les 6 mois, dans les centres. Outre un examen clinique complet, ils bénéficient d’évaluations neuropsychologique et psychiatrique, d’examens d’imagerie cérébrales (IRM et TEP), de prélèvements biologiques. Un volet Sciences Humaines et Sociales (réseau social et familial, évaluation de l’entourage selon le niveau des symptômes …) est également développé.

Plusieurs études associées à Memento sont également en cours :

  • Insight : Etude ancillaire mono-centrique (CMRR de la Salpêtrière), sous la responsabilité du Pr Bruno Dubois. Des examens complémentaires spécifiques d’imagerie sont proposés aux participants
  • AmyGing : Longitudinal study of brain amyloid imaging in Mement. Etude multicentrique, sous la responsabilité du Pr Geneviève Chene dont l’objectif est d’étudier de nouveaux marqueurs d’imagerie cérébrale dans la maladie d’Alzheimer
  • Vascod : Etude multicentrique sous la responsabilité de Carole Dufouil dont l’objectif est d’étudier les liens entre risques vasculaires et maladie d’Alzheimer.


Une cohorte en population : l’étude des 3 Citées

Depuis 1996 a été lancée en France une cohorte prospective unique surveillant environ 10 000 personnes âgées de plus de 65 ans tirées au sort de manière aléatoire dans trois villes de France : Dijon, Montpellier et Bordeaux. L’objectif de cette étude est d’étudier les liens entre les facteurs de risque vasculaires et neurodégénératifs sur la survenue de plusieurs affections : maladie coronaire, accidents vasculaires cérébraux et démences.

La Fondation Plan Alzheimer a financé le suivi à 10 ans de cette cohorte ainsi que différents projets de recherche épidémiologiques qui lui sont attachés. Ce type d’étude est le seul à même de fournir des informations sur l’incidence et la prévalence de la maladie en population. C’est une source d’information essentielle à l’origine de nombreuses publications internationales. Cette étude a notamment été intégrée dans le programme d’analyse pangénomique.

                                                                                                                                                                        

En 2011, un soutien financier complémentaire a été décidé, pour permettre d’accroître le nombre de cas incidents et d’effectuer une analyse spécifique détaillée des trajectoires de l’ensemble des cas atteints de maladie d’Alzheimer dans la cohorte 3C. Ce projet a pour objectif d’effectuer un suivi de la cohorte à 12 ans et d’assurer un suivi renforcé des patients atteints de maladie d’Alzheimer au sein de l’étude des 3 Cités.

Pour en savoir plus ...


Neuro-Ceb

La banque de cerveaux GIE Neuro-CEB est un groupement d’intérêt économique, créé avec les associations France Alzheimer, France Parkinson, Fondation ARSEP (Fondation pour l’Aide à la Recherche sur la Sclérose En Plaques) et CSC (Connaître les Syndromes Cérébelleux), pour mutualiser les efforts nécessaires à la collecte, au stockage et à la mise à disposition d’échantillons provenant du système nerveux central. Le GIE remplit ces missions avec le soutien de la Fondation Plan Alzheimer et de l’IHU AICM.

Le contact avec les familles et la gestion des consentements relèvent de la coordinatrice, Marie-Claire Artaud-Botté, qui organise aussi le transport du corps vers un centre du réseau de neuropathologistes. Ceux-ci assurent le diagnostic de la maladie principale et des affections associées. Les prélèvements congelés sont regroupés à l’unité centrale au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière (Paris). Ils sont anonymisés, conditionnés et mis à la disposition des chercheurs par l’ingénieur de la Banque, Mme Sabrina Leclère-Turbant, sur la base de projets de recherche évalués par les conseils scientifiques propres à chaque pathologie.

La banque de cerveaux GIE Neuro-CEB dispose aujourd’hui d’une collection importante d’échantillons à disposition des chercheurs.

Un projet du GIE Neuro-CEB tourné vers l’étude de la maladie d’Alzheimer et des affections apparentées, « ADPath », est soutenu par la Fondation Plan Alzheimer. Il vise à augmenter le nombre d’échantillons bien documentés de cinq groupes cibles : les formes familiales de maladie d’Alzheimer, la cohorte Memento, les démences comportant un facteur vasculaire, les démences fronto-temporales, les démences rares. Le projet prévoit aussi la collecte de cas témoins.

Plus de 25 publications font d’ores et déjà mention du GIE Neuro-CEB. Elles portent tant sur la génétique que sur l’expression de protéines récemment découvertes, sur l’identification de nouveaux marqueurs ou sur la transmission des maladies neurodégénératives par les protéines mal repliées.

Le GIE fait partie de l’infrastructure BioBanques et accompagne le projet BioCollections qui vise à regrouper en un guichet unique l’ensemble des banques tissulaires et d’ADN portant sur les affections neurologiques, psychiatriques et ophtalmologiques d’Ile de France.

Pour en savoir plus ...


Banque Nationale Alzheimer

La Base de données Nationale française Alzheimer (BNA) enregistre tous les actes médicaux effectués par des unités de mémoire et de spécialistes indépendants en France. Créée dans le cadre du Plan national Alzheimer 2008 – 2012, la base de données nationale française Alzheimer (BNA) vise à fournir des données épidémiologiques ainsi que des indicateurs d’activité.

Depuis 2009, des données démographiques, cliniques et diagnostiques définies par consensus national sont systématiquement recueillies à chaque consultation. Le nombre de variables est volontairement limité (CIMA d’information Corpus Alzheimer minimum) pour faciliter la participation à cette base de nationale des Centres Mémoire (CM) et les Centres Mémoire de Ressources et de Recherche (CMRR) et des spécialistes indépendants.

En 2015 plus de 500 centres adressent des CIMA à la BNA.

Pour en savoir plus ...


ensemble,
faisons avancer la Recherche
Je souhaite participer